Actualité

FREUD, ZWEIG ET MOI

De Yvan Varco
Mise en scène de Pascal Vitiello
Au théâtre en juillet 2019, Freud Zweig et moi

LECTURE / MISE EN ESPACE LE 9 JUILLET 2019

Avec
Anne Deleuze
Yvan Varco
Patrick Courtois
Théâtre du Balcon à 14h00
38 rue Guillaume Puy
84000 Avignon

UNE RENCONTRE

Sigmund Freud

Sigmund Freud, né Sigismund Schlomo Freud le 6 mai 1856 à Freiberg, Autriche, est un neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse. Médecin juif viennois, Freud regroupe une génération de psychothérapeutes qui, pas à pas, élaborent la psychanalyse, d’abord en Autriche, en Suisse, à Berlin, puis à Paris, Londres et aux États-Unis. Ses deux grandes découvertes sont la sexualité infantile et l’inconscient. Il élabore plusieurs théorisations des instances psychiques, en premier lieu avec les concepts d’inconscient, de rêve et de névrose, puis il proposera une technique de thérapie, la cure psychanalytique. C’est dans le cadre de ses Études sur l’hystérie que Freud découvre l’importance du transfert. En 1938, Freud, menacé par le régime nazi, quitte Vienne pour s’exiler à Londres, où il meurt d’un cancer de la mâchoire le 23 septembre 1939.

Stéphan Zweig

Stefan Zweig, né le 28 novembre 1881 à Vienne, en Autriche-Hongrie
Ami de Sigmund Freud, Arthur Schnitzler, Romain Rolland, Richard Strauss, Émile Verhaeren, Stefan Zweig a fait partie de l’intelligentsia juive viennoise, avant de quitter son pays natal en 1934, à cinquante-trois ans, en raison de la montée du nazisme. L’auteur de Amok, La Pitié dangereuse, La Confusion des sentiments, Le Joueur d’échecs, 24 heures de la vie d’une femme, analyse ce qu’il considère comme l’échec d’une civilisation dans son livre testament, Le Monde d’hier.
Hanté par l’inéluctabilité de la vieillesse et moralement détruit par la guerre mondiale en cours, Stefan Zweig met fin à ses jours à Petrópolis, le 22 février 1942, en s’empoisonnant au véronal en compagnie de Lotte qui refusa de survivre à son compagnon.

Et « Moi »

Zweig : Excusez ma curiosité, Dr Freud, mais qui est cette personne ?
Freud : Qui voulez-vous qu’elle soit ? Elle, bien sûr !
Zweig : Bien sûr ! …

Note de l’Auteur

Freud et Zweig étaient très amis et, paradoxalement, s’ils ont beaucoup correspondu,Zweig ayant même écrit un essai très admiratif « La Guérison par l’Esprit » sur l’oeuvre de Freud, ils ne se sont, pour ainsi dire, presque jamais rencontrés pour échanger,sauf une fois !
Et c’est cette rencontre exceptionnelle entre ces deux grands esprits, dans un lieu…
… pour le moins surprenant à tous égards, à laquelle nous allons assister !

Note du Metteur en Scène

Mettre en scène une pièce d’Yvan Varco, c’est prendre la décision de remettre en question toutes nos certitudes, toutes nos idées reçues, et tous nos repères ! « Freud, Zweig et Moi » en est le parfait exemple.
Et pour parapher Woody Allen, dont Yvan est certainement le fils spirituel, cela pourrait s’intituler :
« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ces deux génies, sans oser le demander ! »
La forme est heureuse et souriante mais le questionnement philosophique est bien présent. L’écriture privilégie le jeu de l’acteur et la situation. Yvan est aussi un excellent comédien et cela se ressent dans la confiance implicite qu’il leur fait dans son écriture. Ici, pas de « numéro de Clown » pour masquer les faiblesses du texte, pas d’effets scénographiques. Juste une proximité entre les comédiens, le public et le questionnement fondamental qui nous rend si égaux. Si les personnages sont « rêvés », leur passé est bien réel et exerce sur leur comportement toute son influence psychologique, morale et sociale. La scénographie sera à l’image de l’écriture, simple, efficace et magique. Alors, quel que soit la question ou le début de réponse, il faudra, comme disait Beaumarchais, se presser de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ! Avec des acteurs comme Yvan, Anne et Patrick, soyez en assurés !

Prochainement, nouveau spectacle
‘La Loi Marthe Richard’

Actualité - la-loi-marthe-richard
Actualité - la-loi-marthe-richard-2

Qui était Marthe Richard?

Marthe Richard a eu pour première qualité d’avoir fait partie du contingent des cent premières femmes élues au conseil de Paris en 1945 et rien qu’à ce titre, elle mérite notre attention. Son statut de résistante durant les deux guerres mondiales, lui confère une aura très particulière d’héroïne nationale.

Espionne, aviatrice, résistante et écrivain à succès, première génération de femmes « identifiées » pour leur engagement citoyen, elle fit preuve d’une combativité rare.

Pour échapper, selon ses propres termes « à une vie de bête de somme », Marthe Richard, se prostitue elle-même dès l’adolescence, au point d’être mise en carte, honte qui la poursuivra toute sa vie.

La loi Marthe Richard

Actualité - la-loi-marthe-richard-1-600x266

Historiquement la loi Marthe Richard n’est pas « sa » loi même si elle la revendique comme telle, avec force. Consensuelle par défaut, la maison dite de « tolérance », était une façon habile de donner un cadre bourgeois à une sexualité débridée, sans stigmatiser les fautifs, les usagers. Les prostituées, sourires, fraîcheur et sacrifices à tous les plaisirs exigés, restaient les grandes perdantes de ce profit pour tous, validé par tous, y compris par l’état qui n’oubliait pas de prélever sa dîme. Les hommes politiques se sont bien évidemment mêlés à ce projet de loi, accouché dans la douleur par une femme.

Marthe Richard n’aurait-elle fait que soulever le problème de la prostitution qu’elle mériterait notre estime. Comment une inconnue… Une simple Conseillère municipale a-t-elle pu renverser la table, chambouler tout un pays et mettre à genoux la fine fleur du « milieu » !? Admirateurs sincères ou ennemis jurés, elle ne laisse personne indifférent. Femme paradoxale, personnage controversé, la « loi Marthe Richard », qu’on le veuille ou non, à l’origine, c’est elle ! 70 ans après cette loi, la société est divisée.

Et si Marthe Richard avait fait fausse route en supprimant les maisons closes? Fallait-il les fermer? Faut-il les rouvrir?
Le débat est ouvert !

La prostitution, où en est-on ?

Ainsi va le vieil ordre des choses…

Aucune légitimité intrinsèque et pourtant, la prostitution est une composante humaine qui répond à une logique marchande depuis la nuit des temps.

Des valeurs morales noyées dans les eaux glauques d’une sexualité désastreuse, la prostitution est un fléau qui se cache de moins en moins mais qui ne sait pas où se mettre !!! Est-ce une solution quand un hall d’immeuble, une arrière-cour, un local poubelle font office de chambre à coucher !!??

Petit bijou de villégiature coquine, « y aller », à une certaine époque, était un événement. Espace… Clarté… Service et meilleure visibilité de l’offre et de la demande, travailler en « Maison » assurait aux prostituées un filet de protection.

La « maison close » démodée qui redeviendrait à la mode, pourquoi pas? La mise en scène, traitera le sujet avec élégance et sobriété. Faire passer une émotion avec quelque chose qui est beau, dans un bel endroit, c’est déjà magnifier le carcan mortifère que la sexualité peut vite devenir. Marthe Richard sera campée par une actrice, vive, affûtée, élégante, au tempérament fort. Elle aura la totale maîtrise du « récit » et le portera à un très haut niveau d’expression dans sa montée en puissance.

P.V


Actualité - anne-deleuze-actualite

Anne Deleuze

Comédienne

Après avoir suivi quelques mois les cours de Tania Balachova, Anne Deleuze est engagée par Jean-Pierre Mocky et tourne son premier film au cinéma Solo à l’âge de 18 ans.

Son professeur, Jean-Pierre Darras lui fait alors passer une audition devant Pierre Fresnay, directeur du Théâtre de la Michodière, et André Roussin.

Elle joue ainsi sa première pièce On ne sait jamais avec Pierre Fresnay et Jean-Pierre Darras qui la mettra plus tard en scène dans George Dandin de Molière à la Comédie des Champs Elysées et pour la télévision.

Puis la télévision fait appel à elle, elle sera Jenny de Fontanin, l’héroïne des Thibault de Roger Martin du Gard, série de 6 épisodes dont le tournage se déroulera sur plus d’une année.

Elle est l’héroïne de nombreuses séries et téléfilms, entre autres :

Irina dans Les Trois Soeurs de Tchékov, Electre dans la trilogie d’Eugène O’Neill Le Deuil Sied à Electre rôle qu’elle incarnera plusieurs fois dans des versions différentes, chez Eschyle à la télévision ou chez Jean Giraudoux au théâtre.

Nans le Berger, Messieurs les Jurés : L’affaire Lieutort, Richelieu, elle y est Marie-Madeleine de Combalet, nièce et âme damnée du Cardinal.

Elle incarnera Nane dans Mon Amie Nane de PaulJean Toulet, l’épouse de Jules Verne et Maguy, La Belle Anglaise, Commissaire Moulin, Le Juge est une Femme, Le Choix de la Nuit, Nestor Burma, La Crim’, Chauffeur de Maître, La Mort dans l’Âme, Une Femme d’Honneur, etc… Au théâtre, où elle jouera plus d’une trentaine de pièces, elle sera pendant plus de deux ans l’héroïne du Cochon Noir de Roger Planchon au TNP et dans une tournée internationale, elle incarnera aussi La Dame de la Mer d’Ibsen au Théâtre Sylvia Monfort, puis sera Judith et Electre de Jean Giraudoux en France et en Belgique ou encore Chimène dans Le Cid et Camille dans Horace de Corneille qu’elle jouera plusieurs fois dans des mises en scène différentes.

Elle sera pendant deux ans au Théâtre de l’Atelier la fille de Bernard Blier dans Le Nombril de Jean Anouilh et Tempo au théâtre Fontaine remportera le MOLIÈRE du meilleur spectacle musical, elle sera aussi Célimène dans Célimène et le Cardinal et récemment en 2017 et 2018 Pompon dans Pompon Voltaire au Festival d’Avignon et au Studio Hébertot.

Au cinéma Michel Drach, Thierry Binisti, Michel Lang, Arthur Joffé, Jean Marbeuf, James Ivory, et d’autres font appel à elle.

Bilingue elle tourne plusieurs séries américaines :

Black Stallion, Counterstike, Jefferson entre autres

Parallèlement pendant toutes ces années, elle incarne de nombreux rôles à la radio, est la voix d’une multitude de comédiennes étrangères et enregistre de nombreux commentaires et pubs.

Elle est membre fondateur des Universités Populaires du Théâtre et a été l’administratrice du Studio Hébertot de Mai 2015 à Juin 2016.


JOËLLE FOSSIER

Auteur

La Maison jaune
Aide à la Création Dramatique Avignon 90 Théâtre du Bourg Neuf Mise en scène de l’auteur

Compartiment fumeuses
Théâtre de la Mare au diable Paris (1992)
Mise en scène de l’auteur
Théâtre du Nord-Ouest (mars juin 2010)
Mise en scène Nicolas Malrone
Studio Hébertot (février 2018)
Mise en scène Anne Bouvier

Les Zola
Fondation Beaumarchais
Création Avignon (2006)
Mise en scène de l’auteur
Théâtre des 2 Rives (2007)
Théâtre du Nord-Ouest (2008)
Théâtre de la Huchette (2009)

Sugar, une histoire d’amour très gay
Création Vingtième Théâtre (2014)
Mise en scène Frédérique Lazarini
Femmes d’exception. Mes seules en scène

Comtesse de Ségur, née Rostopchine
Création Théâtre Le Ranelagh (2014)
Théâtre de la Comédie Bastille (2015)
Studio Hébertot (2017)
Mise en scène Pascal Vitiello

Mère Teresa – Ombre et Lumière
Création Théâtre Artistic Athévains (2016)
Théâtre le Lucernaire (2017)
Mise en scène Pascal Vitiello

Inoubliable Sarah Bernhardt
Création Athénée-Petit théâtre de Reuil-Malmaison (septembre 2018)
Avignon-Théâtre du Balcon (2019)
Mise en scène Pascal Vitiello

PASCAL VITIELLO

Metteur en scène

Après avoir fait ses classes à l’Opéra de Rome, puis à la direction du théâtre (ETI) à Rome, il a la responsabilité de l’organisation générale du Festival Goldoni à l’occasion du bicentenaire de la mort de Carlo Goldoni.

Directeur de production pour de nombreuses compagnies aussi bien dans l’art lyrique que pour le théâtre.
Voici plus de dix ans qu’il est responsable culturel pour la Principauté de Monaco.
Il signe sa septième mise en scène avec :

Le marronnier de la rue Caulaincourt
de Veronick Bourdoncle
Théâtre le Funambule Montmartre (2016)

Mère Teresa – Ombre et Lumière
de Joëlle Fossier
Théâtre Artistic Athévains (2016)
Théâtre Le Lucernaire (2017)

Jean-Paul II – Antoine Vitez, Rencontre à Castelgandolfo
de Jean-Philippe Mestre
Théâtre la Bruyère (2016)
Festival d’Avignon-Théâtre du Chêne Noir (2016)

Je l’appelais Monsieur Cocteau
d’après le livre de Carole Weisweiller
Adaptation de Bérèngère Dautun
Création au Studio Hébertot (2016)
Théâtre La Bruyère (2017)

Comtesse de Ségur née Rostopchine
Création Théâtre Le Ranelagh (2014)
Théâtre de la Comédie Bastille (2015)
Studio Hébertot (2017)

Inoubliable Sarah Bernhardt
Création Athénée – Petit théâtre de Reuil-Malmaison (septembre 2018)
Avignon-Théâtre du Balcon (2019)
de Joëlle Fossier

en préparation
« Le Pardon » de Joëlle Fossier
« Une petite merveille » de Joëlle Fossier

Ce que nous partageons : Des valeurs artistiques et humaines étroitement imbriquées. Ce que nous désirons : Poursuivre notre route avec exigence, simplicité et savoir- faire.

PAN THEATRE 06 07 11 14 46 | joele.fossier@wanadoo.fr

Actualité - la-loi-marthe-richard-3-1200x424